La LIPSEIM s’engage !

La Ligue Pour la Santé des Etudiants et Internes en Médecine (LIPSEIM) est née d’un drame. Un an après la mort de leur fille Elise, jeune interne victime d’épuisement professionnel, ses parents constatent que rien n’a changé, bien au contraire. Suicides, accidents, épuisement professionnel : le malaise des internes et des étudiants en médecine conduit à des situations dramatiques, et reste trop peu connu.

La LIPSEIM – Ligue pour la Santé des Etudiants et Internes en Médecine – refuse l’omerta, l’oubli et l’indifférence du système.

Assistance et l’orientation des personnes en souffrance

Entre janvier et mars 2020, quatre internes en médecine ont mis fin à leurs jours, ce n’est que la face visible d’une situation qui continue de se dégrader indépendamment de la crise sanitaire.

Des étudiants ou jeunes médecins en souffrance adressent régulièrement des appels au secours à la LIPSEIM. Ce sont souvent des situations complexes, qui n’ont pas suscité de réactions appropriées de la part de l’establishment médical.

En collaboration avec d’autres acteurs (Syndicats, médecins du travail, structures de soutien, etc.), la LIPSEIM les oriente vers des professionnels qualifiés, pour les aider à se reconstruire et à défendre leurs droits.
Sollicitée par des familles, la LIPSEIM apporte un soutien adapté à chaque situation et offre aux proches des victimes un lieu de parole et d’échanges.

Les actions de prévention et de sensibilisation

Début octobre 2020, malgré le contexte difficile de crise sanitaire, la LIPSEIM est allée à Marseille, Lyon, Angers et Strasbourg à la rencontre des jeunes promotions d’internes à la veille de leur 1er semestre d’internat, pour les sensibiliser aux risques psycho-sociaux auxquels ils sont particulièrement exposés, sans être préparés lors de leurs études et leur formation.

Alerte et actions auprès des autorités politiques et médicales

La LIPSEIM opère une veille permanente : systématiquement, elle dénonce auprès de l’opinion publique et alerte les autorités concernées en cas d’infraction au droit, qu’il s’agisse du temps de travail, des conditions de travail ou de délits relevant d’une juridiction pénale (harcèlement en particulier).

Perspectives et priorités

Dans les mois à venir, forte de son succès, et alors que le système de Santé fait face à une crise sanitaire sans précédent, la LIPSEIM entend :

  • poursuivre et accentuer les campagnes médiatiques,
  • élargir la sensibilisation des nouvelles promotions d’internes à toutes les régions de France
  • mobiliser un large mouvement pour améliorer la santé des jeunes médecins
  • peser ainsi sur les autorités de la Santé et les pouvoirs politiques, afin que le statut des étudiants et internes en médecine fasse enfin l’objet d’une vraie réforme, avec en particulier
  • le décompte et le contrôle du temps de travail
  • La mise en place d’un véritable observatoire sur les conditions de travail, avec des statistiques fiables.

Les campagnes de communication

Dès le mois de mai 2020, plusieurs articles sont parus dans la presse régionale et nationale, ainsi que sur les réseaux sociaux relayant ainsi la « Lettre à Elise » et l’annonce de la création de la LIPSEIM par ses parents (Le Progrès de Lyon, Le Figaro Etudiant, le Quotidien du Médecin).

Depuis, le nombre d’abonnés sur les réseaux sociaux, d’adhérents et de bienfaiteurs de la LIPSEIM croît régulièrement, démontrant ainsi son utilité et sa légitimité. Beaucoup veulent soutenir la LIPSEIM car elle est porteuse d’espoir et apporte aussi des témoignages extérieurs au système de santé.

En moins de six mois la page Facebook de la LIPSEIM a dépassé les 500 abonnés. Depuis fin octobre, un compte Twitter vient relayer les messages portés par la LIPSEIM.